Quand énergie rime avec international - Ionis-STM          

L'école de la double compétence
Technologique et manageriale

Quand énergie rime avec international

C’est sur cette thématique que Vincent Marillier, ancien diplômé en Energie de Ionis-School of Technology and Management, est venu partager son parcours professionnel effectué majoritairement à l’international lors d’un Café Carrière spécial.
La quasi-totalité des étudiants en énergie se sont rendus à ce rendez-vous, l’occasion pour eux d’obtenir des conseils sur les métiers en énergie et ses retours d’expériences dans des pays où les ressources et innovations énergétiques émergent.

 Capture0.PNG

L’énergie, un secteur en plein essor partout dans le monde

« En ces temps de crise, on s’habitue à entendre que le marché de l’emploi est en berne, que les secteurs subissent la crise de plein fouet. Or, dans le secteur de l’énergie, il n’en est rien. Au contraire, il recrute constamment » commence Vincent Marillier.
Une introduction de rêve pour ces étudiants en devenir, actuellement en recherche active de stage.
Bernard Xavier, étudiant en M2 en Management et Energie, très réaliste, ajoute : « Depuis 2008, le secteur de l’énergie a explosé grâce au plus grand intérêt porté aux énergies renouvelables, au développement durable et autres ressources d’énergie dites ‘vertes’. Tous sont concernés, aussi bien par les particuliers que les entreprises ou politiques. Il y a eu une vraie prise de conscience générale sur le domaine de l’énergie, qui est perçu comme un réel enjeu économique et écologique sur le long terme».
Evidemment conscients du potentiel du secteur qu’ils étudient, les étudiants se questionnent surtout sur le métier exercé, le secteur auquel se rattacher, et intégrer ou non l’aspect international dans leur future carrière.

La vision internationale au cœur de l’énergie

Avec une première expérience professionnelle dans la filiale Corée du Sud du grand groupe Total en tant que Project Control Management, il continue à saisir les opportunités à l’étranger qui lui sont données.
Et c’est au Gabon qu’il poursuit sa carrière de Controller Project pour Ponticelli, un prestataire de Total. Ses missions étaient de suivre et de contrôler les différents services qui interagissaient dans le projet pétrolier situé sur une plateforme offshore.
« Je suis en charge de veiller au bon avancement des différents projets, du petit à celui de plus grande envergure. Entre la gestion des plannings, des budgets, de l’avancement sur le terrain, de l’informatique et autres contrats, j’encadre toutes les parties d’un projet. Et dans ce type de poste, tout est lié: si une des parties observe un retard ou un problème, cela impacte forcément sur l’ensemble et c’est à moi d’anticiper, de prévenir ou résoudre ce genre d’aléas »
Son métier est très largement en adéquation avec la formation à laquelle sont préparés les étudiants. Ils sont très régulièrement confrontés à des suivis de projet, et le métier de Controller Project met parfaitement en pratique cette pédagogie à taille et enjeux réels.

Pour les étudiants actuels, la vision internationale fait quelques envieux, comme Marco Alves, étudiant en M2 Energie qui voit son avenir dans l’énergie en dehors de la France « Ici, il n’y a pas de réelles ambitions dans le secteur de l’énergie. On y pense, on en parle mais les actions ont du mal à suivre le rythme. Les belles opportunités sont ailleurs, et je compte bien me nourrir de ce genre d’expérience pour arrêter mon projet professionnel étranger ».
Cependant, Vincent Marillier tient à les avertir des contraintes culturelles, méthodiques, et relationnelles que cela implique. Surmonter la barrière de la langue, s’adapter aux méthodes de travail locales et technologies disponibles, dépasser les a priori des travailleurs expatriés, ceci fait partie intégrante d’un poste à l’étranger et ajoute donc des difficultés annexes au poste occupé.

Vincent Marillier a également mis un point d’honneur sur l’importance de construire son réseau dès les études. C’est entre autre grâce aux relations qu’il avait nouées avec ses camarades de promo qu’il a pu bénéficier des belles opportunités à l’étranger « N’hésitez pas à vous entraider, à vous soutenir, et à construire des relations durables dès les études. Un service que vous donnez n’est pas oublié dans le monde professionnel, et sera toujours rendu. »

Etudiants, vous savez ce qu’il vous reste à faire…

Equipe CCVM.PNG
Menu