Semaine Marketing Digital de Ionis-STM : le cas Afrikwity - Ionis-STM          

L'école de la double compétence
Technologique et manageriale

Semaine Marketing Digital de Ionis-STM : le cas Afrikwity

Dans le cadre de leur Semaine Marketing Digital, les étudiants de 4e année de Ionis-STM ont eu l’occasion de se transformer en consultants auprès de jeunes associations et start-ups présentant différentes problématiques selon leurs activités. Un exercice pratique et concret qui a conquis aussi bien les futurs managers à double compétence de l’école que les professionnels ayant choisi de faire appel à leur savoir-faire.

semaine_marketing_digital_ionis-stm_projets_concrets_entreprises_associations_etudiants_double_competence_expertise_afrikwity_equity_crowdfunding_reseaux_sociaux_afrique_2016_01.jpgJeune plateforme d’equity crowdfunding, Afrikwity permet à des particuliers d’investir (pour un montant de 100 euros minimum) dans le capital de start-ups et PME innovantes opérant en Afrique et ayant un fort potentiel de développement. Le but ? Accompagner le développement du continent à travers le soutien de ses entrepreneurs. Cofondatrice de la plateforme et responsable du marketing, de la communication ainsi que de la relation clients, Amina Nasri a tout de suite vu l’intérêt de faire appel aux étudiants de Ionis-STM pour permettre à son projet d’augmenter davantage sa visibilité.

Qu’est-ce que l’equity crowdfunding ?
C’est l’une des trois déclinaisons du crowdfunding ou finance participative. Dans ces déclinaisons, il y a le don – on donne de l’argent sans attendre de retour financier, avec ou sans contrepartie en nature -, le prêt – on prête de l’argent entre particuliers ou de particulier à entreprise, ceci impliquant un prêt rémunéré ou non – et l’investissement ou equity crowdfunding qui permet de donner de l’argent à une entreprise contre des actions dans le capital.

L’entrepreneuriat est en plein boom en Afrique ?
Contrairement à l’image reçue qu’on peut avoir de ce continent, c’est le cas. L’Afrique connaît ainsi une croissance structurelle de 5 % par an, ce que l’on n’observe plus depuis des années en Europe ou aux États-Unis. Ce continent est très riche, avec des cultures et une économie différentes d’un pays à l’autre, des secteurs en croissance spécifiques à chaque nation et donc des entrepreneurs très motivés. Surtout, l’Afrique est en train de connaître une révolution digitale très importante : là-bas, on est déjà au paiement mobile alors qu’on peine encore à l’imposer en France par exemple. Le potentiel est énorme, si bien que l’Afrique est devenue une destination de prédilection pour l’investissement privé occidental.

Pourquoi avez-vous participé à cette semaine à Ionis-STM ?
Un incubateur de start-ups nous a transmis l’information et nous nous sommes dits que cela pouvait être intéressant. En effet, cette proposition tombait à pic : nous venions de lancer notre site Internet et, comme nous sommes une petite équipe de cinq personnes, en majorité composée de trentenaires, cela nous semblait une bonne opportunité pour conforter notre stratégie de marketing digital avec un regard frais, celui de personnes appartenant à la génération digital native. Au-delà de ça, j’aimais bien l’idée d’imaginer une start-up et des étudiants travaillant ensemble sur une problématique concrète.

semaine_marketing_digital_ionis-stm_projets_concrets_entreprises_associations_etudiants_double_competence_expertise_afrikwity_equity_crowdfunding_reseaux_sociaux_afrique_2016_02.jpg

Une équipe d’étudiants autour d’Amina Nasri
De gauche à droite : Maroine Ben Salah, Camille Celette, Amina Nasri, Yvan Sedic, Cédric Rivera et Elliot Laronze

Quelle était cette problématique soumise aux équipes d’étudiants ?
Nous leur avons demandé de réfléchir à une stratégie digitale suite à la mise en place de notre site. L’idée, c’était d’acquérir une communauté en ligne bien ciblée afin d’attirer des start-ups africaines, qu’elles puissent directement adhérer à notre vision, notre ambition, notre univers et nous faire confiance pour mener à bien leurs appels de fonds.

Trois équipes ont participé à ce projet. Comment cela s’est-il passé ?
Malgré le temps réduit de travail, le contact est très bien passé avec tous les étudiants. Ces derniers ont vraiment réalisé de gros efforts pour répondre à notre besoin. Je retiens déjà quelques idées sympathiques et concrètes qu’Afrikwity essaiera de mettre en place rapidement. Par exemple, ils se sont inspirés de ce que nous avions fait : nous avions décidé d’alimenter la plateforme de projets annoncés comme fictifs et décalés pour éveiller la curiosité et l’envie des porteurs de projets potentiels de déposer le leur sur la plateforme. Les étudiants nous alors soumis l’idée de pousser l’un de ces projets encore plus loin pour jouer la carte de l’humour de façon ludique… et faire un peu de buzz !

Est-ce que cette expérience vous a donné envie de retravailler avec les étudiants de Ionis-STM dans le futur ?
Oui, ce sera avec un grand plaisir !

semaine_marketing_digital_ionis-stm_projets_concrets_entreprises_associations_etudiants_double_competence_expertise_afrikwity_equity_crowdfunding_reseaux_sociaux_afrique_2016_03.jpg


Le point de vue de Yvan Sevic (Ionis-STM promo 2017), chef de projet Afrikwity lors de cette semaine spéciale
« Le concept d’Afrikwity nous a tous attirés au sein de l’équipe. La problématique était aussi stimulante puisqu’il s’agissait de faire connaître un site qui venait de se lancer auprès d’éventuels futurs investisseurs. Nous avons proposé à Afrikwity une approche des réseaux sociaux vraiment ciblée, via notamment des groupes Facebook très précis permettant de toucher des membres de la diaspora africaine en Europe. Nous avons surtout pensé miser sur un buzz autour du projet fictif et humoristique Uberrr-Chameau présent sur le site. Pour cela, nous leur avons suggéré d’aller encore plus loin et de réaliser une courte vidéo où, après avoir commandé le chameau via une application, l’utilisateur verrait arriver un chauffeur de chameau en costard l’emmenait à la destination souhaitée. Ce genre d’exercice est très formateur d’un point de marketing, surtout pour ceux d’entre nous qui souhaitent créer leur entreprise par la suite. »

Menu