Focus Stage : Antoine Decourt (Ionis-STM promo 2017) à NetMakers - Ionis-STM          

L'école de la double compétence
Technologique et manageriale

Pour appliquer directement les connaissances acquises lors de leur année de Bachelor, les étudiants de Ionis-STM partent effectuer un stage en entreprise de quelques mois. Antoine Decourt (Ionis-STM promo 2017) revient sur son expérience d’attaché commercial dans le BtoB.

focus-stage_souvenirs_experience_double_competence_bachelor_etudiant_systemes_information_management_antoine_commerce__2016_01
Que faisais-tu avant d’intégrer Ionis-STM ?
J’ai fait un DUT Génie électrique et informatique industrielle à Lyon. C’était un diplôme assez technique et scolaire, peut-être trop pour moi. C’est pour cela que, lorsque j’ai découvert que Ionis-STM ajoutait à la technique des notions de management et de marketing et comptait des intervenants issus du monde de l’entreprise pour un enseignement pratique loin du scolaire « on prend le cours et on apprend par cœur », j’ai tout de suite été intéressé et n’ai pas hésité à partir de Lyon pour Paris.

Quel était ton stage de Bachelor ?
J’ai mon stage en tant que commercial au sein de NetMakers, une grande société qui propose un certain nombres de services aux entreprises (photocopieur, imprimante, solutions). Ce stage ne comportait pas un grand volet technique et, finalement, ce n’était pas plus mal. En effet, après une première année à Ionis-STM en Ingénierie Informatique, j’ai compris que j’aimais l’informatique, mais pas au point de programmer à longueur de journée. Je me vois plus travailler dans la gestion de projets, le management. D’où mon choix de maintenant évoluer dans la filière Management & Systèmes d’information.

Quelles étaient tes missions ?
J’évoluais au sein de la filiale Edilink dans le domaine de l’externalisation du courrier. En gros, Edilink s’occupe du courrier et des envois postaux de moyennes et grandes entreprises. Comme ce n’est pas le corps de métier de ces dernières, elles transmettent leur courrier à envoyer au format numérique et Edilink se charge de l’imprimer puis de l’envoyer à coûts bas grâce à un partenariat établi avec La Poste. Pour donner un ordre d’idée, cela représente des dizaines de milliers de courriers envoyés chaque jour. C’est ce qu’on appelle de la massification postale. Puis, en tant que commercial, je faisais de la prospection, aussi bien auprès des clients du Groupe NetMakers que des entreprises de la région parisienne. Cela passait évidemment par du phoning, mais aussi par beaucoup de démarchages physiques au sein des zones industrielles, des pépinières d’entreprises, etc. L’idée, c’est de voir comment fonctionne chaque entreprise en interne pour ensuite, si c’est intéressant pour eux, leur présenter le système.

 

C’est finalement l’exact opposé d’un travail de développeur informatique.
C’est ça qui m’a plu justement, le fait d’être en contact avec les gens. Pour mes précédents stages, j’ai toujours été dans un atelier ou un laboratoire et ne discutait qu’avec mes collègues. Là, la relation clients était au cœur de la mission avec, pour chaque nouvelle démarche, de nouvelles personnes à rencontrer et de nouveaux scénarios à écrire.

Comment avais-tu trouvé ce stage ?
Par l’intermédiaire d’un autre étudiant de l’école. Lui aussi avait été pris et son patron lui a confié qu’il avait besoin d’une seconde personne de son profil. Du coup, nous étions deux à nous occuper de l’aspect commercial. L’autre intérêt, c’est que cette filiale était encore jeune : cela nous a permis d’être véritablement la force de ventes de cette solution auprès des sociétés.

Quelles notions vues lors de ton année passée à l’école t’ont particulièrement servi ?
Tout ce que j’ai pu apprendre au niveau de l’attitude professionnelle. Savoir comment adapter son discours selon le poste ou la fonction de la personne à qui l’on s’adresse, bien connaître le processus de ventes, comprendre le déroulement d’un démarchage commercial, de la prospection jusqu’à la signature du contrat, etc. Le côté organisation a également été très utile afin de bien identifier quelles entreprises ont déjà été approchées, à quelles dates, quand il fallait en relancer, etc. On se retrouve rapidement en relation avec des centaines d’entreprises : il faut bien être organisé pour ne pas perdre le fil.

 


À propos de Focus Stage :
Dans cette série d’articles, les étudiants de la promotion 2017 de Ionis-STM, désormais en M1, reviennent sur leur stage de Bachelor. L’occasion pour eux de voir que, en seulement quelques mois d’enseignement tournés sur la double compétence, cette dernière leur permet déjà de savoir comment répondre aux besoins des entreprises et d’être proactifs.

Menu