Focus Stage : Rida Meftah (Ionis-STM promo 2017) à la SPEIG (Groupe Colas) - Ionis-STM          

L'école de la double compétence
Technologique et manageriale

focus-stage_souvenirs_experience_double_competence_bachelor_etudiant_management_ingenierie_informatique_rida_speig_groupe_colas_2016_home
Pour appliquer directement les connaissances acquises lors de leur année de Bachelor, les étudiants de Ionis-STM partent effectuer un stage en entreprise de quelques mois. Actuellement en dernière année, Rida Meftah (Ionis-STM promo 2017) revient sur son expérience à la SPEIG, au sein du Groupe Colas.

Que faisais-tu avant d’intégrer la filière Management & Ingénierie Informatique de Ionis-STM ?
J’étais en BTS SIO, un BTS qui prépare ceux qui le suivent à devenir technicien en tant que développeur. C’était de l’informatique, mais vraiment porté sur la technique. Rejoindre Ionis-STM s’inscrivait finalement dans la continuité de mon parcours. C’était même logique, dans le sens où, lors de mon BTS, j’entendais énormément parler de la place de plus en plus importante qu’occupent la gestion de projets et le management dans ce secteur. Une fois mon diplôme obtenu, j’ai donc cherché une école me permettant d’acquérir des compétences dans ces deux domaines en ne délaissant pas le côté technique.

Cette double compétence, tu as justement pu l’appliquer lors de ton stage de Bachelor. Où s’est-il déroulé ?
Je l’ai effectué à la SPEIG, une filiale du Groupe Colas. L’entreprise cherchait un stagiaire pour assister Mélissa Sari, une étudiante de Ionis-STM de la promotion 2016 en mission chez eux. C’est d’ailleurs grâce à elle que je suis tombé sur l’offre de stage puisqu’elle l’avait relayée sur le groupe Facebook réservé aux étudiants de l’école.

Quel était ton rôle sur place ?
J’étais développeur, mais mes missions dépassaient ce cadre-là. Je devais gérer les côtés technique et fonctionnel de deux projets. Selon moi, avoir des notions de management revient à savoir adhérer à un projet et comprendre les risques et contraintes associés. Ce stage était une bonne façon de mettre tout cela en pratique, d’autant que les missions proposées par la SPEIG étaient autrement plus complexes que celle du précédent stage. Cela ne me dérangeait pas, bien au contraire : j’aime me lancer des défis. C’est une façon pour moi de me surpasser : plus les défis sont hauts, plus je me donne à 200 % pour les atteindre ! Ce stage était un bon exemple puisque j’ai utilisé le PowerShell comme langage de programmation pour les deux projets que j’ai effectués. Or, jusqu’ici, je n’avais aucune connaissance liée à ce langage. Il a fallu que je m’adapte rapidement.

Quels étaient ces deux projets ?
Le premier consistait à retravailler la distribution d’une page d’accueil. Il faut savoir que le Groupe Colas regroupe près de 45 filiales possédant chacune une ou plusieurs pages d’accueil selon le territoire où le poste est situé. Auparavant, pour modifier une home page, il fallait directement changer le code HTML du site. C’était plutôt fastidieux. On m’a donc demandé de retravailler cette page pour simplifier l’apport de modifications. Maintenant, il suffit d’ouvrir un tableau via un fichier CSV et procéder aux changements : supprimer ou ajouter des images, des liens, etc. C’est un gain de temps. Désormais, même une personne n’ayant pas de connaissance en langage de programmation peut modifier la home page. Dans l’esprit, cela se rapproche des templates disponibles pour Tumblr par exemple.
Le deuxième projet portait sur la mise en place d’un référentiel télécom. Colas dispose d’environ 2 000 lignes télécoms réparties sur deux principaux hébergeurs Bouygues et Orange. L’entreprise souhaitait permettre à ses architectes, techniciens et sous-traitants de disposer d’une vision globale de ces lignes sans devoir passer par les hébergeurs. Pour cela, j’ai réalisé un script pouvant à la fois gérer les fichiers exportés des différents portails et les intégrer dans une base de données, le tout en gérant l’historique – est-ce que cette ligne a été modifiée, supprimée, etc. Pour les personnes cherchant à interroger la base de données, j’ai également créé une application assez claire et plutôt visuelle dont je suis assez fier.

Quelles notions vues lors de ton année passée à l’école t’ont particulièrement servi lors du stage ?
Plus qu’une notion, c’est un mode de fonctionnement. En effet, la première chose que Ionis-STM nous apprend, c’est à être polyvalent dans la gestion de projets. Peu importe si le projet est axé sur le marketing, le droit, l’économie ou l’informatique, la méthodologie reste la même : on commence par voir si le projet est réalisable et mesurable. Si ce n’est pas le cas, on propose différentes options et on continue à avancer. C’est ce que j’ai fait durant mon stage et cela m’a plutôt réussi.

Au final, qu’est-ce qui te plaît le plus au sein de Ionis-STM ?
Sans aucun doute : la pédagogie par projets ! C’est d’ailleurs ça qui m’avait convaincu de rejoindre l’école. En entreprise, on n’a pas de contrôle, ni de devoir à la maison : on réalise des projets. Pour moi, la théorie est utile, mais elle ne sert pas à grand-chose sans mise en pratique.


À propos de Focus Stage :
Dans cette série d’articles, les étudiants de Ionis-STM reviennent sur leur stage de Bachelor. L’occasion pour eux de voir que, en seulement quelques mois d’enseignement tournés sur la double compétence, cette dernière leur permet déjà de savoir comment répondre aux besoins des entreprises et d’être proactifs.

Menu