Semaine Marketing Digital : les étudiants en mode start-up ! - Ionis-STM          

L'école de la double compétence
Technologique et manageriale

Semaine Marketing Digital : les étudiants en mode start-up !

Ionis-STM JPO décembre 2018 - Métiers double compétence


Malgré le confinement lié à la propagation du Covid-19, Ionis-STM poursuit ses enseignements. Du 16 au 20 mars, ses étudiants de la promotion 2020 ont ainsi pu participer à une édition un peu particulière de sa Semaine Marketing Digital ! Lors de cette dernière, réalisée grâce à des outils de télétravail et de visioconférence, les futurs experts de la double compétence ont accompagné une dizaine de startups cherchant à optimiser leur stratégie marketing digital.

Kyli développe des outils permettant la promotion les collaborations scientifiques et l’amélioration des activités de R&D. Geek-Trix est à l’origine d’Amani, un projet de bague connectée et intelligente anti-agression. Enfin, Allshades est une marketplace cosmétique dédiée aux peaux mates et foncées. En plus d’êtres jeunes et d’avoir du potentiel, ces trois jeunes entreprises ont toutes pour point commun d’avoir participé à cette semaine spéciale avec les étudiants de Ionis-STM.

 

Des entreprises comblées par les étudiants…

« Nous avions besoin d’avoir des points de vue neufs, d’horizons divers, explique Benjamin Jacquot, co-fondateur et CEO de Kyli. Lorsqu’on baigne dans un projet innovant, il faut s’assurer de garder les yeux ouverts, ne pas se mettre des œillères. De plus, je trouvais extrêmement formatrice et motivante l’idée de proposer un cas d’étude réel à des étudiants ! » De l’avis de l’entrepreneur, ces derniers ont pris « des approches novatrices » et apporté « différentes pistes à creuser » en fournissant des maquettes abouties. « Stratégies de communications diverses, publicité, site Web, Motion Design, dynamisation du logo… ils sont parvenus, en quelques jours seulement et dans un contexte de confinement sans précédent, à proposer des solutions à la fois concrètes et complètes, respectant un budget préalablement défini, estime-t-il. Bravo à eux ! »

Un point de vue partagé par Samy Nalège, fondateur de Geek-Trix, qui voulait profiter de cette semaine pour conforter sa stratégie marketing et, éventuellement, la peaufiner. « Le travail des étudiants m’a apporté plus de précisions sur mes besoins et les canaux et moyens de communications à privilégier. Leur double compétence élargit le champ de la réflexion, tout en multipliant les solutions possibles ! » Même son de cloche pour Martial Liboutet, CEO & fondateur d’Allshades, pour qui les idées des étudiants représentent « un gain de temps considérable ». « Les étudiants m’ont fait un plan de développement pour accroître la notoriété et affirmer l’image de marque d’Allshades, poursuit le professionnel. Ils m’ont également fait des préconisations chiffrées en regard du budget que je leur avais indiqué. J’ai ainsi découvert des leviers très peu exploités pour développer mon chiffre d’affaires et mes parts de marché, via des propositions concrètes et rapidement applicables. » 

 

Semaine Marketing Digital 2020

Maëva Fanchin

… et des étudiants heureux du défi proposé

Du côté des étudiants aussi, cette Semaine Marketing Digital a été appréciée pour son programme très concret. C’est notamment l’avis de Maëva Fanchin : « Travailler avec de vraies entreprises est très stimulant. Cela a renforcé le niveau d’exigence, tout en maintenant une pression constante durant la semaine pour être à la hauteur lors de la soutenance. Nous étions confrontés au terrain, à de réelles problématiques avec des enjeux importants et cela nous a permis d’acquérir encore plus de compétences. » Durant cet exercice, l’équipe de Maëva s’est confrontée aux besoin de NextMotion en se fixant un objectif en ligne de mire : permettre à la start-up (qui propose une solution SaaS dédiée à tous les praticiens spécialisés en chirurgie et médecine esthétique) d’atteindre un total de 200 comptes clients d’ici le 25 avril 2020 à travers une nouvelle stratégie marketing digitale. Et pour cela, Maëva et ses coéquipiers ont d’abord analysé la start-up pour ensuite produire leurs recommandations. « L’analyse nous a permis d’identifier un certain nombre de points d’amélioration, notamment sur le site internet, l’application et les réseaux sociaux de NextMotion. »

Parmi les nombreuses idées partagées avec l’entreprise se trouvent notamment le renforcement du référencement naturel du site ainsi qu’une refonte de son ergonomie, l’augmentation de publication de photos et de vidéos sur les réseaux sociaux Instagram et Facebook, le rapprochement auprès d’influenceurs clés propre à ce secteur d’activité ou encore un plus grand soin apporté au storytelling en ligne de la marque. De quoi permettre à NextMotion d’encore grandir dans le futur, tout comme les étudiants ont pu le faire à la fin de cette expérience.

Menu