L'école de la double compétence
Technologique et manageriale

Le 7 novembre, les étudiants sélectionnés par le Club des jeunes entrepreneurs ont découvert Creative Valley, l’incubateur partenaire de Ionis-STM. Fondé en 2012 au Kremlin-Bicêtre, il a depuis étendu ses activités à Ivry-sur-Seine, Nogent-sur-Marne. Une antenne devrait bientôt voir le jour à Rungis.

incubateur-creative-valley-ionis-stm-etudiants-club-entrepreneurs.jpg

Lors de leur arrivée, les étudiants ont découvert les lieux en compagnie de leur directrice, Valérie Pham Trong et de la responsable des résidents de l’incubateur Myriam Kaou. Outre les bureaux, capables d’accueillir une centaine de personnes, l’espace dispose d’une salle de gym, de tables de ping-pong ainsi que du matériel de musique pour permettre aux équipes des start-ups de relâcher la pression occasionnellement. « Le jeudi est dédié aux workshops et au mentoring avec l’intervention de spécialistes – des avocats, des experts de la finance, etc. – qui viennent en aide aux start-ups, explique Myriam Kaou au cours de la visite. Et le vendredi, les résidents se retrouvent traditionnellement pour échanger autour d’un bon gâteau. »

incubateur-creative-valley-repos.jpg

Place ensuite aux présentations. Après une brève introduction de l’incubateur par Guillaume Boiret, le responsable des partenariats au sein de Creative Valley et d’Arnaud, entrepreneur fidèle au groupe depuis son lancement, c’est au tour des étudiants de présenter leurs projets.

Chacun leur tour, Armel Bamounana, Emmanuelle Boivineau, Mariam Kane, Insaf Abdeli, Cécile Jupin et Anaïs Mousli (Ionis-STM promo 2015) vont ainsi formaliser leurs premiers objectifs en tant que jeunes entrepreneurs. Technologie 3D, tests sur des molécules, site de recensement culturel… les projets se suivent et ne se ressemblent pas. Ainsi, tandis que certains se rêvent en plateforme Internet géante, d’autres se penchent déjà sur le lancement d’un centre culturel en Mauritanie.

ionis-stm-incubateur-projets-etudiants.jpg

Une variété de profils et de démarches qui fait la richesse de l’incubateur et dont se félicitent ses membres. « Creative Valley, ce n’est pas simplement un bureau de 3 m2 pour poser son ordinateur, explique Arnaud. Ici, les gens n’ont pas de profils semblables. De plus, notre culture d’entraide contribue à ce que les équipes s’ajustent plus facilement. Souvent, les entrepreneurs de différents secteurs et horizons s’associent sur des projets après s’être rencontrés dans l’incubateur. L’évolution se fait de manière très naturelle. »

Car là se situe bien la démarche de Creative Valley : rassembler les talents et centraliser les savoirs afin de créer une communauté d’entrepreneurs créatifs et aptes à travailler les uns avec les autres. « Ce que l’on veut créer, c’est une communauté basée sur le tutorat, au sein de laquelle les anciens de l’incubateur aident à former les nouveaux », ajoute Guillaume.

Et qu’en est-il alors des étudiants ? « Dans les écoles, des projets naissent. Ils ne sont pas forcément envisagés dans leur finitude, car ce sont souvent des exercices ou de simples projets pédagogiques. Mais parfois, on se prend au jeu et certains projets étudiants débouchent sur des créations d’entreprises. Dans l’effervescence des études, la naissance de futures entreprises à succès est une réalité », conclut Arnaud. C’est tout ce que l’on souhaite aux 15 sélectionnés de cette année !