« Contractualisation et gouvernance de l’infogérance » - Ionis-STM          

L'école de la double compétence
Technologique et manageriale

« Contractualisation et gouvernance de l’infogérance »

Fondateur du cabinet de conseil AcseitisRichard Peynot intervient à Ionis-STM sur le marché des technologies et le management des systèmes d’information. Il a récemment publié l’ouvrage « Contractualisation et gouvernance de l’infogérance » aux éditions Bookelis.

intervenant_richard_peynot_ionis-stm_livre_contractualisation_gouvernance_infogerance_2016_publication_01
Comment est né ce livre ?
Richard Peynot : Il compile des expériences que j’ai eues dans le cadre de contrats d’infogérance négociés pour des clients. L’infogérance – le fait d’externaliser la gestion d’une partie ou de l’ensemble de l’informatique d’une entreprise – peut concerner l’infrastructure, des domaines applicatifs ou un domaine métier complet, incluant l’application et ses serveurs. La gouvernance de cette infogérance s’appuie sur un contrat de services. J’ai souhaité me baser sur des faits vécus pour caractériser les erreurs et les risques courants pour ensuite proposer des conseils et des bonnes pratiques.

Quelles précautions pour bien gérer l’infogérance ?
Le contrat et la gouvernance sont encore des maillons faibles chez le client. Les contrats peuvent présenter des faiblesses (juridiques, périmètres et services pas suffisamment précis) ou être très mal construits. Le client est ainsi mal armé en cas de litige ou insatisfaction. Les contrats internationaux ajoutent à la complexité en raison des législations qui diffèrent selon les pays. D’où la nécessité de faire appel à des consultants et des avocats spécialisés. Parfois, j’entends des dirigeants prononcer qu’ils « se sont débarrassés » de l’informatique. C’est une grave erreur : on en confie la gestion, mais la responsabilité globale du système d’information relève toujours de leur entreprise !

L’infogérance est-elle très répandue en France ?
Oui, de plus en plus. Il y a clairement une croissance de l’infogérance dans le pays. La Grande Bretagne, les pays scandinaves et le Benelux ont beaucoup plus l’habitude d’externaliser, et depuis longtemps. Mais cet écart s’est considérablement réduit depuis une dizaine d’années, en France et en Allemagne, pays aux approches similaires dans ce domaine. Les avantages sont multiples, les risques aussi, le business case à évaluer avec précision.

intervenant_richard_peynot_ionis-stm_livre_contractualisation_gouvernance_infogerance_2016_publication_02


À retenir :
La maturité des entreprises s’est considérablement améliorée sur les phases amont de l’externalisation : stratégie, définition et périmètre des projets d’externalisation, cahier des charges et sélection de prestataires. Mais à la fin de la chaîne, la contractualisation et la gouvernance restent encore les maillons faibles par manque de maturité et d’attention.
En parcourant huit grands thèmes (Contrat, Due diligence, Services, Niveaux de service, Transfert de personnel, Gouvernance, Tarification et Business case), on identifie des dizaines d’erreurs et de risques, et on propose des conseils et des bonnes pratiques pour les éviter et les maîtriser.

Menu